Depuis plusieurs années la population est désirée entre Tramway et Troisième lien à Québec. Le Soleil a émis, aujourd’hui 22 septembre 2020, une rubrique point de vue écrite par Jean-François Morin de Lévis, concernant le dilemme des deux options de transport en commun.

Le soleil a publié, ce matin, un article intitulé ; Tramway et troisième lien : deux poids deux mesures. Écrit par Jean-François Morin, un résident de Lévis spécialiste dans le domaine, cet article est fort pertinent et met en évidence le dilemme imposant qu’est le choix entre le Tramway et le troisième lien à Québec.

a tendance dans les grandes villes du monde est au transport en commun. Simplement parce que mettre plus de gens dans chaque véhicule, individuel ou collectif, ça fonctionne. Dans une ville comme Québec, habituée à du développement orienté sur le transport individuel depuis des décennies, l’idée fait face à beaucoup de résistance et le gouvernement ne cherche aucunement à changer les perceptions.

Depuis plusieurs années, la ville de Québec débat ardemment dans l’utilité et l’importance de développer des transports en communs plus efficaces et répondants mieux aux besoins de la population. Toutefois, une autre question s’impose lorsque l’on regarde le fort achalandage des ponts et la pression accrue sur l’infrastructure routière entre les deux rives de Québec.

Nous ne sommes pas un cas exceptionnel et la solution n’a pas à être exceptionnelle.

Le tramway à Québec, comme l’explique si bien Jean-François Morin, diplômé en analyse des politiques publiques, a été particulièrement transparente et rapide quant à la publication de la documentation relative aux échéanciers, budgets et planifications du projet. Toutefois, on ne peut en dire autant de la part du projet du troisième lien, joignant Lévis à la rive de Beauport. De fait, les échéanciers sont significativement moins détaillés, les détails de constructions et les coûts sont très évasifs. On peut donc déduire que ce second projet n’est qu’aux phases de balbutiements et ne verra pas le jour de si-tôt.

Mais dans l’impasse du choix et de la faisabilité commune du Tramway à Québec et du troisième lien, que nous reste-il comme solution?

Jean-François Morin attaque la question de front. Il faut mettre fin aux excuses et aller de l’avant. Aucune option n’est optimale, ni présente ni future. Toutefois, le besoin d’infrastructure de transports en communs et de développement routier reste une question chaude et d’actualité qui devront être réellement répondus, au plus tard,  d’ici quelques années. Peu importe si celles-ci prennent la forme du Tramway ou d’un troisième lien dans la ville de Québec, la nécessité se fait sentir.

Un angle d’attaque sera toujours possible. Il faut cependant éviter l’immobilisme. Une opposition sans quiconque n’arrive avec une idée de rechange viable, c’est pratiquement admettre que le tramway est un bon projet. Peut être que certains ne veulent simplement pas dépenser trois milliards dans le transport en commun.

Le Soleil, en laissant place à l’opinion publique, soulève de nouvelles questions et interrogations quant au dilemme que représente le Tramway à Québec et l’apport d’un troisième lien. Nous avons tous bien hâte de voir disparaitre les bouchons de circulation dans la vieille capitale, mais n’avons certainement pas fini d’entendre parler du sujet.

Le dilemme persiste et seul l‘avenir saura nous dire qu’elle option était réellement la meilleure, mais Jean-François Morin apporte de nombreux points pertinents dans son éditiorial dans le journal Le Soleil sur le Tramway ou le Troisième lien à Québec.