L’achat d’une première maison : 5 conseils que je donnerais aux futurs acheteurs

Par où commencer? L’achat d’une première maison, c’est tellement excitant!

C’est une grosse étape et un engagement important. Il y a un an, en juillet 2019, on se lançait dans le processus d’achat de notre toute première maison!

Déjà 9 mois depuis le jour «J»: le grand déménagement dans notre chez-nous, à nous, après près de 2 ans de recherches et beaucoup d’heures passées à regarder défiler des maisons.

Voici donc un court récit de notre expérience et mes quelques conseils en prévision de l’achat d’une propriété.

Mon conseil numéro 1 : Bien établir ses critères de recherche tels que le secteur, le style de maison, les besoins futurs, les projets à venir et le budget maximal, obtenir une préapprobation hypothécaire, prévoir la mise de fonds, etc.

On voulait une maison assez clés en main, mais qu’on pourrait mettre à notre goût. On a toujours eu en tête d’acheter une maison afin de la rénover. Dans notre secteur coup de cœur, il n’y avait pas vraiment de terrains à vendre, donc nous construire n’a jamais été une option.

Nos critères étaient une grande cour arrière (préférablement sans piscine, car nous voulions en faire construire une, le temps venu), un garage pour nos hivers froids (lire ici, pour y mettre ma voiture), une pièce pour nos bureaux et une cuisine relativement spacieuse, mais pas nécessairement au goût du jour. En fait, je le dis ici et je me répète peut-être, notre but était de trouver une maison avec du potentiel pour la rénover, y mettre un peu de « nous » et en faire notre home sweet home avec le temps.

De toutes les maisons qui avaient été rénovées dans les dernières années, aucune n’avait une cuisine comme on l’aurait souhaité, donc on préférait la faire nous-mêmes (quand je dis « nous », cela signifie avec l’aide d’une designer d’intérieur, de mon Nico et de notre entourage).

Bien entendu, on avait prévu un budget pour la maison et un budget pour les rénovations, et on a eu la préapprobation hypothécaire, une étape nécessaire selon moi, surtout très importante lorsqu’il y a plusieurs offres sur une maison. Sans entrer dans les détails ou les chiffres de la mise de fonds et du prix de notre maison, on a décidé de mettre 20 %. Je ne dis pas que mettre moins que cela est mauvais, mais, selon nos calculs, c’est ce qui avait le plus de sens. Je ne vous mentirai pas, ce n’est pas un montant d’argent que l’on se ramasse en deux ou trois années. Ce sont des années d’économies et de placements. Il faut voir la mise de fonds comme un investissement et non comme une dépense. J’en reparle un peu plus loin, promis.

Mon conseil numéro 1 : Bien établir ses critères de recherche.

Mon conseil numéro 1 : Bien établir ses critères de recherche.

Mon conseil numéro 2 : Ne pas être gêné de visiter plusieurs maisons et de poser des questions.

Une fois toutes ces étapes terminées, c’est le moment excitant : les visites de maisons! Je m’en souviens comme si c’était hier, on partait avec notre petite liste « coups de cœur ».

On a dû visiter environ cinq maisons. Bien que je me rappelle être découragée de ne pas trouver « la bonne », visiter plusieurs maisons nous a permis de mettre en perspective ce qu’on aimait et ce qu’on aimait moins, ce à quoi on accordait le plus d’importance et ce qui ne nous dérangeait pas plus qu’il le fallait, finalement.

Cela nous a aussi permis d’établir le potentiel de rénovation et d’imaginer les différentes possibilités. Je ne vous cacherai pas que, parfois, dès les cinq premières secondes à l’intérieur d’une maison, on savait que ce ne serait pas « celle-là ».

Il ne faut pas être gêné de poser des questions. C’est tout à fait normal de ne pas savoir par où commencer, quel type de questions poser, etc. C’est aussi le rôle de votre courtier(-ère) en immobilier de vous guider lors des visites. (Je reviens vers ce sujet dans quelques lignes.) Il ne faut pas se décourager. Parfois, la solution, c’est simplement de repenser à ce qui pourrait nous aider dans ce processus d’achat.

Mon conseil numéro 3 : Pour l’achat de votre première maison, trouver un courtier ou une courtière en immobilier qui connaît parfaitement le marché où vous planifiez acheter et avoir une bonne connexion avec lui ou elle.

Il faut dire qu’on a rencontré notre courtière Sara à un moment clé. Lors de notre première rencontre, après près de deux ans de recherches, de visites de maisons, d’offres qui n’aboutissent pas (parfois après l’inspection), nous avons pris une heure avec elle dans un café pour discuter. Discuter de nos critères de recherche, de nos goûts esthétiques, du secteur où nous voulions acheter, de notre budget maximal, etc.

Durant notre rencontre, nous avons regardé une trentaine de maisons. Je dis « regardé », mais nous sommes passés très vite sur la majorité d’entre elles. Il faut dire qu’on était assez difficiles. On n’a jamais été « pressés » d’acheter, mais, après deux ans à regarder presque tous les jours, on savait exactement ce qu’on voulait.

Je pense que c’est le lendemain qu’on a réalisé qu’on avait peut-être eu un coup de cœur pour l’une des maisons. À partir de ce moment-là, tout est allé très vite. Sara a contacté l’agent pour une visite. C’était vraiment excitant!

C’est certain qu’il faut avoir de l’imagination lorsqu’on visite une maison parce que la majorité du temps, la couleur des murs et la déco ne sont pas nécessairement à notre goût. Bref, on a rapidement vu le potentiel. On a eu un coup de cœur pour la cour, pour la grande pièce (qui était utilisée comme un deuxième salon) qu’on imaginait éventuellement transformer en bureau, pour la grande chambre des maîtres et pour d’autres pièces qui seraient utiles pour notre future famille. On a rencontré le propriétaire qui nous a beaucoup aimés. Le lendemain, on a fait une offre.

Évidemment, ce n’est jamais « aussi simple ». Comme pour toutes les autres maisons où on avait présenté une offre d’achat, on n’était pas les seuls. On a donc dû bonifier notre offre, ce qui signifie augmenter le montant pour passer devant les autres acheteurs. Je dirais que cela a duré près d’une semaine, puis est venu le temps de l’inspection.

On a eu un coup de cœur pour la cour, pour la grande pièce, pour la grande chambre des maîtres et pour d’autres pièces qui seraient utiles pour notre future famille.

On a eu un coup de cœur pour la cour, pour la grande pièce, pour la grande chambre des maîtres et pour d’autres pièces qui seraient utiles pour notre future famille.

Mon conseil numéro 4 : Faire inspecter la maison par un professionnel et bien prendre le temps de lire le rapport d’inspection écrit.

Je le dis maintenant, mais, il y a quelques mois, je dirais que j’avais tendance à vouloir faire le contraire pour que tout aille « plus vite » ou pour éviter les moins bonnes nouvelles : il ne faut pas renoncer à une inspection pour gagner une guerre aux enchères ou pour accélérer l’achat d’une maison. L’inspection dévoile les problèmes mineurs et majeurs de la maison. On l’avait compris dans le passé, parce que, oui, on s’est déjà retirés après avoir payé 600 $ pour une inspection. Bref, l’inspection sert à se protéger et aide surtout à prendre une décision éclairée.

Cette fois-ci, je considère que nous avons été chanceux. La maison avait été très bien entretenue. Évidemment, il y a toujours quelques petits problèmes lorsqu’on achète une propriété qui a une dizaine d’années à son actif, mais, heureusement, Sara nous a très bien guidés à la suite de la lecture du rapport d’inspection. Cela nous a permis de mieux négocier le prix. Sans entrer dans les détails, je pense que ce que j’en retire le plus, c’est de faire confiance à son agent(e) et de suivre ses conseils. Pour nous, cela a porté fruit.

Entre les rendez-vous à la banque, l’enquête de crédit et toute la paperasse, on a FINALEMENT officialisé le tout environ deux à trois semaines plus tard, soit le 9 juillet 2019. J’ai encore le texto de notre agente qui dit : « FÉLICITATIONS, c’est officiellement à vous! C’est officiellement votre futur nid d’amour!!!! ». LE BONHEUR, vous dites? Il ne restait qu’une étape : le notaire.

Mon conseil numéro 5 : Être informé sur les coûts supplémentaires et être bien préparé sur le plan financier.

Évidemment, avec l’achat d’une maison vient une tonne de responsabilités et de comptes à payer. Il faut être très bien informé sur les coûts qui s’y rattachent : les frais de notaire, les taxes scolaires, les taxes municipales et, bien entendu, la taxe de bienvenue qui suit quelques mois après l’achat (nous avons reçu la nôtre juste après le temps des fêtes, ouch), l’assurance habitation et j’en passe!

Nico et moi avions toujours eu ce rêve commun d’être un jour propriétaires d’une maison. C’est certain que, comme tout le monde, on aime beaucoup voyager, aller au restaurant, partir en road trip le week-end, et on ne s’est jamais empêchés de faire quoi que ce soit. Par contre, il y a parfois de petits sacrifices à faire. Cela fait longtemps qu’on se mettait de l’argent de côté en vue d’acheter une propriété. Il n’y a pas de truc magique là-dedans : il faut économiser.

Ce que je peux dire qui m’a personnellement aidée, c’est qu’à l’âge d’environ 18 ans, j’ai rencontré une conseillère financière qui m’a éclairée sur les différents placements que je pouvais faire. C’est aussi à cet âge-là que j’ai placé de l’argent dans des REER pour la première fois, en vue de faire un RAP un jour pour l’achat d’une maison. Je vous recommande fortement de rencontrer un conseiller financier puisqu’il offre réellement des conseils judicieux sur les placements bancaires, les REER, les CELI, etc.

Je reviens à mes moutons, au jour J, soit à notre rendez-vous final chez le notaire pour la vente officielle de la maison. Ah, j’ai omis de dire que pour le notaire, il y a deux rendez-vous : un premier où se fait la remise des traites bancaires pour les mises de fonds, et un deuxième pour la signature officielle des documents et la remise des clés (!!!). Alors voilà qui conclut le tout. C’est le 23 septembre 2019 que nous sommes devenus les heureux propriétaires de notre première maison d’amour et nous y avons emménagés le 1er octobre 2019. Depuis, beaucoup de choses de sont passées et on est plus qu’heureux et excités de l’arrivé de notre petit bébé dans moins d’un mois!

Depuis, beaucoup de choses de sont passées et on est plus qu’heureux et excités de l’arrivé de notre petit bébé dans moins d’un mois!

Depuis, beaucoup de choses de sont passées et on est plus qu’heureux et excités de l’arrivé de notre petit bébé dans moins d’un mois!

CONCLUSION

J’espère que cet article vous aura plu et qu’il a pu répondre à vos quelques questions par rapport au processus d’achat d’une première maison. Je souligne ici que l’immobilier n’est pas mon domaine et que les lignes que j’ai écrites ici sont au meilleur de mes connaissances (et, surtout, au meilleur de ma mémoire). À bientôt!

Source :

Jessica Megan Aquino
Publié le 3 juillet 2020

https://moncoindevie.com/fr/article/lachat-dune-premiere-propriete-les-5-conseils-que-jaurais-a-donner-242

MAJ : 2020-07-17 CB