LA DOMOTIQUE RÉSIDENTIELLE, C’EST QUOI?

Prenons l’exemple d’un ensemble domotique de base qui permet de contrôler le système d’alarme, l’éclairage et le chauffage. Il inclut notamment un panneau central (le cerveau du système), des écrans ou claviers de contrôle, des interrupteurs, un ou plusieurs thermostats et des détecteurs de bris de vitres.

La plupart des ensembles fonctionnent aujourd’hui sans fil, sur des fréquences différentes de celles des autres appareils (Wi-Fi, cellulaire, etc.), ce qui leur confère une grande fiabilité en limitant les interférences. Par ailleurs, grâce au sans fil, il est facile d’installer ce genre de système dans une maison existante.

Toutes ces fonctions peuvent être programmées selon vos besoins. Souvent, il est possible d’y accéder à dis­tance par l’entremise d’un système téléphonique ou d’une application pour téléphone intelligent.

«Avec ce type d’installation, on n’a plus à contrôler les luminaires et les thermostats un à la fois, explique Martial Beauregard, président de MBI Systèmes Électroniques, une entreprise spécialisée en domotique. Par exemple, quand on quitte la maison et qu’on active son système d’alarme, l’éclairage s’éteint et le chauffage diminue.»

Principales fonctions d’un ensemble domotique
Activation et désactivation du système d’alarme
Contrôle de l’éclairage par zone (salon, cuisine, etc.), par ambiance (cinéma, repas, etc.) ou par période (lever et coucher du soleil, etc.)
Contrôle de la température, qui peut être réduite automatiquement au coucher et au départ de la maison
Contrôle de certains appareils (porte de garage, pompe de piscine, etc.)
Mode vacances pour simuler la présence avec l’ouverture et la fermeture des luminaires
Avec la domotique, il est possible de programmer des scénarios d’éclairage: vif pour cuisiner le repas, faible pour un souper intime, etc. Le nom de ces scénarios est inscrit sur un clavier de contrôle installé au mur.
Plusieurs fabricants offrent des applications pour les téléphones intelligents et les tablettes qui permettent notamment de contrôler les éclairages et le chauffage.
Certaines applications pour téléphone intelligent (à gauche) permettent d’accéder aux caméras de surveillance (à droite) en temps réel.
Ce système domotique peut notamment intégrer un thermostat sans fil (à gauche) et une serrure électronique (à droite).

Achat et installation

On peut se procurer un système domotique par l’entremise d’un électricien, d’une entreprise spécialisée en domotique ou en audio-vidéo, ou encore d’une compagnie de systèmes d’alarme comme Microtec ou Reliance Protectron.

Seuls les électriciens qui sont membres de la Corporation des maîtres électriciens du Québec et qui possèdent une licence de la Régie du bâtiment du Québec avec la sous-­catégorie 16 (entrepreneur en électricité) peuvent changer les composantes électriques comme les interrupteurs. Comme certaines entreprises en domotique ne possèdent pas cette licence, ils confient l’installation des composantes électriques à un électricien, puis se chargent de la programmation du système. Une pratique que réprouve Jean-Pierre Desjardins, spécialiste dans le domaine: «Quand survient un problème, tu appelles qui? L’entreprise de domotique n’a pas la qualification pour changer un interrupteur défectueux et l’électricien n’a pas la compétence pour programmer le système. C’est grave!»

Par ailleurs, il est préférable d’opter pour un installateur certifié par le fabricant, bien établi au Québec et appuyé par un solide réseau de distribution. «La domotique, c’est de l’électronique avancée, souligne Jean-Pierre Desjardins. Il ne faut pas s’attendre à ce que ça fonctionne toujours à 100 %. La plupart des installateurs commandent les systèmes à la pièce directement des États-Unis et n’en gardent pas en stock. En cas de problème, le client peut devoir attendre plusieurs semaines avant d’obtenir des pièces de remplacement.»

SOURCE : Protégez-vous

PAR FRÉDÉRIC PERRON

Voir l’article

MAJ: 2019-10-29-CB