IMMOBILIER – MAMAN J’AI TROMPÉ MON COURTIER !

Être fidèle à son courtier immobilier ?

C’est l’histoire de Marie, une de mes amies, qui désire acheter une maison avec son chum. Après avoir visité une vingtaine de propriétés avec son courtier immobilier… elle tombe finalement en amour avec une charmante petite maison. Comble de malheur, pour le courtier, la maison est affichée sur Du Proprio. C’est ainsi que Marie se prépare pour la nuit de longs couteaux. Cette nuit, derrière les portes closes, dans le secret le plus total, en solo, elle va déposer une promesse d’achat par courriel dans le dos de son courtier. Une histoire qui laisse toujours une drôle d’ambiance entre les deux parties. Voici donc ce petit drame tapissé de duperies. 😉

Tranche de vie
Pour se rassurer, Marie me contacte pour me demander la valeur marchande de la propriété convoitée…

ㅡ Allo Dom! Question pour toi! Es-tu capable de savoir si une maison a déjà été en vente et à quel prix? Nous avons vu une maison sur Du Proprio et on sait qu’elle a déjà été affichée avant, donc on voulait avoir les infos….

Je laisse volontairement passer quelques jours pour qu’elle puisse réfléchir au concept de fidélité. Trois jours plus tard. 😉

ㅡ Salut, Marie, oui je peux te dire ça, mais pourquoi ne demandes-tu pas à ton courtier ?

ㅡ C’est sur Du Proprio, alors les courtiers ne veulent pas tant aider. Anyway pas grave, on a fait une offre.

ㅡ Vous avez trompé votre courtier !? 😉

ㅡ Haha ce n’est pas de ma faute si les gens mettent leur maison à vendre sur Du Proprio !

ㅡ Nice tu viens de m’inspirer un article ! ) Le titre : Maman j’ai trompé mon courtier ! 😉 ha ha

ㅡ Lol. J’aime ça!

ㅡ Yes, on s’en reparle, bon succès à vous deux!

Elle me résume sa pensée
« Je ne veux pas être plate, mais aujourd’hui ça sert plus à grand-chose un courtier….. Tous les listings qu’ils nous envoient sont sur Centris…. C’est rare un agent qui a accès à des maisons non listées. »

Outch!
Je ne voudrais pas être dans les culottes de son courtier, en plus d’être nouvellement cocu 😉 il n’a visiblement pas su démontrer sa plus-value. En fait, peu importe votre profession, se faire dire que sa job ne sert à rien… ça fait toujours un peu mal. 😉

À quoi sert un courtier?
Personnellement, je perçois les courtiers comme des experts de secteurs, des experts de la valeur marchande, des experts de la négociation, des experts de la vente, des confidents, un support, un service-conseil, une deuxième paire d’yeux qui vous aide à mieux vendre et à mieux acheter.

À qui la faute ?
Dans cette tranche de vie, Marie a commis une erreur. Elle a choisi le premier courtier du bord «une connaissance de son chum». On s’entend pour dire que chaque courtier a des forces et des faiblesses, certains sont spécialisés dans la vente d’unifamiliales, d’autres dans l’achat de multi logements, etc. Choisir, un courtier simplement parce que c’est l’ami de votre chum, c’est un peu comme choisir à l’aveugle. C’est un raccourci commode basé sur le souci de plaire et la loi du moindre effort. Connaissez-vous beaucoup de gens qui ont connu le succès sans effort?

Bâtir une équipe
L’équipe autour de vous dictera en partie votre réussite. Les Self-Made-Man, c’est bien beau à Hollywood, mais ici sur le plancher des vaches ça vous prend une équipe solide. Si vous désirez vous démarquer de la moyenne et mieux investir, il faut impérativement obtenir des références solides sur votre courtier. Les liens de sang c’est commode, mais des références c’est solide.

Pour ne pas laisser ta réussite au hasard
Au cours des deux dernières années, j’ai eu la chance de rencontrer plus 500 professionnels de l’immobilier. Si tu veux un bon courtier immobilier / hypothécaire dégourdi, ça va me faire plaisir de t’aider à bâtir ton équipe gagnante. Écris-moi à info@mieuxinvestir.ca ou texte-moi 514-716-3383, je te mettrai en contact avec un bon courtier de ta région qui fit avec tes besoins spécifiques.

Conclusion
Faire travailler un courtier immobilier dans le vide, le tromper, le quitter, puis argumenter « anyway pas grave »… on a déjà vu des règles d’éthique plus élevées. 😉 Plutôt que d’utiliser les autres, puis de les jeter, il est préférable de bien choisir son équipe dès le départ et bâtir une relation d’affaires à long terme. Ce que tu ignores Marie c’est que ces fameuses « maisons non listées » comme tu les appelles, sont toujours réservées aux clients récurrents et loyaux. C’est toujours les investisseurs avec qui le courtier bâtit des relations solides qui héritent des deals. Bref, Marie, on comprend tous les deux que ce n’est pas demain la veille qu’un courtier va t’appeler pour te proposer un « deal ». 😉 Think about that.

Merci de m’avoir lu,

Au plaisir,

Dominic

Ps: Marie, ta maman ne sera pas bien bien fière de toi! 😉

PS: Si tu penses comme moi, va donc aimer ma page Facebook: Mieux Investir

« L’idée c’est que les relations à long terme payent davantage que les relations à court terme… »

Un texte de Dominic Goulet-Lapointe

MAJ : 2018-04-09 – CB

Immobilier : acheter ou vendre sans garantie légale

clés maison sans garantie légale

Vous pensez à acheter ou vendre une propriété sans garantie légale? Cette décision peut avoir des conséquences importantes. Voici quelques conseils pour vous aider à faire un choix éclairé.

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que la garantie légale?

Au Québec, les maisons sont habituellement vendues avec une garantie légale prévue par le Code civil. Cette garantie couvre la validité du droit de propriété et la qualité de construction de l’immeuble. Elle permet notamment à l’acheteur de poursuivre le vendeur s’il découvre un vice caché. Un vice caché est un problème important non détecté lors de l’inspection comme de la moisissure dans les murs, par exemple.

Toutefois, certaines maisons sont aussi vendues sans garantie légale. L’acheteur renonce alors à entreprendre des recours contre le vendeur si un problème survient. Celles-ci sont habituellement moins chères que les propriétés comparables offrant cette garantie.

Pourquoi vendre sans garantie légale ?

Habituellement, les maisons sont vendues sans garantie légale à la suite d’une succession ou d’une reprise de finance. Les héritiers ou la banque, selon le cas, ne veulent pas être responsables d’éventuels problèmes.

Parfois, des personnes âgées choisissent aussi cette option. Elles veulent vendre sans le stress d’éventuelles poursuites ou pour protéger leurs héritiers.

Quels sont les risques d’acheter sans garantie légale ?

La garantie légale prévoit deux types de protection :

  • Garantie dudroit de propriété. Elle confirme que les hypothèques sont remboursées, qu’il n’y a pas de servitudes ni de limitations des règlements municipaux et provinciaux non déclarées. Renoncer à cette garantie est moins risqué qu’il y paraît si votre notaire fait des vérifications vigilantes.
  • Garantie de qualité. Elle vous protège des vices cachés. En vertu de la loi, un vendeur doit déclarer les problèmes qu’il connaît. En l’absence d’une garantie de qualité, l’acheteur ne peut poursuivre le vendeur pour un problème dont il ignorait l’existence.

Malheureusement, un vendeur qui n’a pas habité la résidence ignore souvent les problèmes qui peuvent l’affecter. Par exemple, s’il y a eu des problèmes d’infiltration d’eau dans le passé. D’où la condition « sans garantie légale ». Le risque est alors plus grand pour l’acheteur.

Notez qu’au moment de faire une offre d’achat, l’acheteur peut demander de maintenir la garantie de droit de propriété et renoncer seulement à la garantie de qualité.

Précautions à prendre

Si vous souhaitez acheter une maison sans garantie légale, voici quelques précautions à prendre pour limiter les risques.

  1. Demandez pourquoi la maison est vendue sans garantie légale et quels sont les problèmes connus par le vendeur.
  2. Faites inspecter la maison par un professionnel. Avisez-le qu’il s’agit d’une vente sans garantie légale. Son inspection sera plus approfondie.
  3. Demandez à votre inspecteur de faire remplir une déclaration du vendeur décrivant l’état de la propriété. Ce dernier saura poser les bonnes questions pour obtenir le maximum d’information sur l’immeuble.

Aucune garantie, vraiment?

Même en l’absence de garantie légale, l’acheteur peut avoir des recours contre le vendeur. Toutefois, pour être admissible en cour, il doit prouver que le vendeur a omis volontairement de signaler un défaut majeur et qu’il a fait inspecter la maison par un professionnel. Ensuite, ce sera au juge de déterminer la responsabilité du vendeur. Ces démarches sont toutefois dispendieuses.

 

Un texte de : Lyne Desruisseaux

Auteure chez Confessions de French Lily

MAJ:  2018-04-09 – CB