Conseils pour la sélection d’un entrepreneur pour réaliser vos rénovations

Conseils pour la sélection d’un entrepreneur pour réaliser vos rénovations

Les rénovations peuvent coûter des milliers de dollars et font l’objet de nombreuses plaintes. Voici une liste des éléments à considérer lors du choix d’un entrepreneur:

  1. Demandez des recommandations et des références. Parlez-en à vos amis, votre famille et aux personnes pour lesquelles l’entrepreneur a fait un travail similaire.
  2. Obtenez au moins trois devis écrits d’entrepreneurs qui sont venus à votre domicile pour évaluer ce qui doit être fait. Assurez-vous que les estimations sont basées sur le même travail de sorte que vous puissiez faire des comparaisons.
  3. Assurez-vous que l’entrepreneur répond aux exigences de permis et d’enregistrement des agences de la consommation locales. Certaines régions exigent que les titulaires passent des tests pour examiner leur compétence et que les titulaires sont solvables. Certaines associations peuvent aussi avoir un fonds pour couvrir des pertes financières qui résultent de problèmes avec les entrepreneurs agréés.
  4. Vérifiez si les lois locales limitent le montant de dépassement de l’estimation par rapport à la facture finale – sauf si vous avez approuvé l’augmentation.
  5. Vérifiez si l’entrepreneur a fait l’objet de plaintes auprès du Better Business Bureau ou d’organismes similaires.
  6. Obtenir les noms de ses fournisseurs et leur demander si l’entrepreneur effectue des paiements en temps voulus.
  7. Contactez votre service d’inspection du bâtiment local pour vérifier les exigences de permis et d’inspection. Méfiez-vous si l’entrepreneur vous demande d’obtenir le permis. Cela pourrait signifier que l’entreprise n’a pas de permis.
  8. Assurez-vous que votre entrepreneur est correctement assuré en particulier en responsabilité personnelle et civile, dommages à la propriété et est couvert par une assurance accidents du travail pour ses travailleurs / ses et sous-traitants. Vérifiez également auprès de votre compagnie d’assurance afin de savoir si vous êtes couvert en cas de blessure ou de dommages qui pourraient survenir dans le cadre des travaux.
  9. Insister sur un contrat écrit complet. Sachez exactement quels travaux seront réalisés, la qualité des matériaux qui seront utilisés, les garanties, les horaires, les noms des sous-traitants, le prix total des travaux, et le calendrier des paiements.
  10. Essayez de limiter votre acompte. La législation locale peut spécifier que seul un certain pourcentage du cout total peut être fait comme un acompte.
  11. Comprendre vos options de paiement. Comparez le cout de l’obtention d’un emprunt au financement par l’entrepreneur.
  12. Ne faites pas de paiement final ou ne signez pas un affidavit de fin des travaux jusqu’à ce que vous soyez satisfait du travail et que vous ayez la preuve que les sous-traitants et les fournisseurs ont été payés. Les lois peuvent permettre aux sous-traitants impayés et / ou aux fournisseurs impayés de prendre un privilège sur votre maison.
  13. Payez par carte de crédit quand vous le pouvez. Cela peut vous accorder le droit de retenir le paiement auprès de la compagnie de carte de crédit jusqu’à ce que les problèmes soient corrigés.
  14. Soyez particulièrement prudent si l’entrepreneur:
    • vous sollicite en porte-à -porte;
    • vous suggère du matériel et des matériaux provenant d’un chantier précédent;
    • vous indique que votre travail sera une «démonstration»;
    • vous propose des réductions pour trouver d’autres clients;
    • donne un prix qui est bien plus bas que celui des autres estimations;
    • vous fait des pressions pour une décision immédiate;
    • offre des garanties exceptionnellement longues;
    • ne peut être atteint qu’en laissant des messages sur un service de répondeur;
    • utilise une camionnette banalisée ou immatriculée hors de la zone des travaux;
    • vous demande de payer pour tout le travail à l’avance.

Source : http://cp4188018011.4homeinfo.com/gold_newsletter#gold_article3

MAJ : 2018-10-19 CB

Apprenez à éviter 6 erreurs coûteuses et communes lors de l’achat d’une plus grande propriété

Apprenez à éviter 6 erreurs coûteuses et communes lors de l’achat d’une plus grande propriété


« …..vous devez vendre la propriété que vous possédez présentement au bon moment afin de ne pas vous retrouver avec le fardeau financier d’être propriétaires de deux propriétés en même temps…. »


Contrairement à l’expérience d’acheter une première propriété, lorsque vous chercher à vous procurez une plus grande propriété et que vous êtes déjà propriétaire, il y a certains facteurs pouvant compliquer la situation. Il est de première importance pour vous de bien comprendre ces facteurs avant de mettre votre propriété actuelle en vente.

Non seulement devez-vous tenir compte du financement, mais vous devez vendre la propriété que vous possédez présentement au bon moment afin de ne pas vous retrouver avec le fardeau financier d’être propriétaires de deux propriétés en même temps. Ou au contraire, vous retrouvez sans logis du tout entre les signatures des contrats.

Six Stratégies

Dans ce rapport, nous vous donnons un aperçu des erreurs les plus communes commises par les acheteurs qui déménage dans une plus grande propriété. Considérer ces six erreurs et les stratégies pour les surmonter, vous aidera à faire des choix avisés avant d’inscrire votre propriété actuelle sur le marché.

1. Voir la vie en rose

La plupart d’entre nous rêvent d’améliorer son style de vie et de déménager dans une plus grande demeure. Le seul problème, c’est qu’il y a parfois un écart entre nos désirs et nos capacités de paiement. Vous faites un tour en voiture, et tombez en amour avec une maison, pour découvrir qu’elle est déjà vendue ou bien au-dessus de vos moyens. La plupart des propriétaires se perdent dans ce jeu d’essai et erreurs telle une chasse à la propriété, bien qu’il y ait des façons plus faciles de gérer tout ce processus. Par exemple, informez-vous auprès de votre courtier pour savoir s’il offre un Système de profil d’acheteur ou un service de «chasseur de propriété», ce qui vous évite toute perte de temps et enlève des charges de travail inutiles pour la recherche de la bonne propriété. Ce type de programme fait en sorte que vos critères seront identifiés et vous serez informé de TOUTES les propriétés disponibles sur le marché qui vous seront envoyés, chaque jour, avant même qu’elles arrivent sur internet. Ces rapports vous fourniront des fiches descriptives détaillées avec photos et des documents d’informations supplémentaires vous seront envoyés sur une base régulière. Un programme comme celui-ci vous aidera, de façon abordable, à trouver la maison de vos rêves plus facilement et plus rapidement.

2. Ne pas faire les améliorations nécessaires

Si vous voulez obtenir le meilleur prix pour la propriété que vous vendez, il y a certainement des choses que vous pouvez faire pour la mettre en valeur. Ces petits travaux ne sont pas nécessairement dispendieux. Même si vous devez faire un investissement minime, il vous reviendra sûrement dans le prix que vous obtiendrez pour votre propriété. Il est très important que ces améliorations soient faites avant que vous mettiez votre propriété sur le marché. Si votre budget est serré, vous pouvez refinancer votre propriété pour ensuite rembourser ce prêt une fois la propriété vendue.

3. Ne pas vendre avant d’acheter

Vous devriez planifier de vendre avant d’acheter. De cette façon, vous ne vous retrouverez pas désavantagé à la table de négociation, en ayant la pression d’accepter une offre qui est en dessous de la valeur du marché afin de vendre à temps pour la date limite. Lorsque vous avez déjà vendu votre propriété, vous pouvez acheter la prochaine en toute quiétude, avec une offre ferme, qui sera donc mieux considérée par les vendeurs et, par conséquent, vous aurez plus de chances de négocier le prix à la baisse. Par contre, si vous recevez une offre tentante sur votre propriété, mais n’avez pas encore trouvé votre prochaine propriété, vous devriez exiger une date d’occupation assez éloignée pour vous permettre d’avoir un délai raisonnable afin de trouver la propriété parfaite pour vos besoins. Il serait aussi très sage de votre part de vérifier avec votre courtier, avant de mettre la propriété en vente, si le type de propriété qui vous intéresse existe dans le budget que vous voulez allouer à votre prochaine achat.

4. Ne pas obtenir une pré-autorisation hypothécaire

Se faire pré-autoriser est un procédé très simple que plusieurs propriétaires omettent de faire. C’est gratuit et vous n’avez aucune obligation, se faire pré-autoriser pour une hypothèque ne fait que vous donner un avantage important lorsque vous faites une offre sur une propriété, puisque vous savez exactement le prix maximum que vous pouvez vous permettre d’offrir et vous avez le feu vert de votre institution financière. Avec une hypothèque pré-autorisée, votre offre sera vue de façon beaucoup plus favorable par un vendeur, parfois même si votre offre est un peu plus basse qu’une autre avec un financement incertain. Assurez-vous que cette étape soit bien remplie lorsque vous entreprenez des démarches pour l’achat d’une propriété.

5. Ne pas se faire prendre dans un piège de l’immobilier

Votre plus grand dilemme lorsque vous achetez et vendez simultanément une propriété, est de savoir ce que vous ferez en premier. Le point numéro 3 de ce rapport vous conseil de vendre en premier. Cependant, il y a des moyens d’éliminer complètement ce dilemme. Certains courtiers peuvent vous offrir une garantie sur la vente de votre propriété. Avec ce programme, ils vous procurent une garantie visant à vous permettre de vendre avant que vous ne preniez possession de votre prochaine propriété. Si vous trouvez une propriété sur laquelle vous aimeriez faire une offre d’achat et que votre résidence n’est pas vendue, ils achèteront eux-mêmes votre propriété afin que vous profitiez d’une transaction sans stress ni inquiétude.

6. Ne pas réussir à coordonner la signature chez le notaire des deux contrats

Avec deux transactions majeures à coordonner ensemble et avec toutes les personnes impliquées (les courtiers hypothécaires, les notaires, les banques, les arpenteurs géomètre, les géologues, les inspecteurs en bâtiment,…) les chances qu’il y ait des confusions et des problèmes de communication, augmentent dramatiquement. Afin d’éviter un cauchemar, assurez-vous de travailler de près avec votre courtier immobilier.

Source : http://cp4188018011.4homeinfo.com/gold_newsletter#gold_article1

MAJ : 2018-10-19 CB

En prévision d’une catastrophe

En prévision d’une catastrophe

Incendies . . . ouragans . . . inondations . . . tremblements de terre . . . tornades ou d’autres catastrophes naturelles peuvent frapper soudainement, à tout moment et n’importe où. Votre première priorité, bien sûr, sera de protéger votre famille et vos biens. Mais il est également important de se protéger contre les conséquences financières d’une catastrophe. Une catastrophe peut endommager ou détruire votre propriété, vous forcer à vivre temporairement ailleurs, interrompre la perception de salaires et couper d’autres revenus. Elle peut aussi endommager ou vous faire perdre vos précieux dossiers financiers.

Vous trouverez ci-dessous quelques mesures simples que vous pouvez prendre dès maintenant. Toutefois, avant de prendre toute action, vous devriez, si possible, impliquer votre famille ou vos amis dans le processus de prise de décision et de planification. Vous pouvez également consulter un conseiller, comme un planificateur financier agréé, un agent d’assurance, ou de façon générale un professionnel dans le domaine financier.

La chose importante est de commencer à planifier dès maintenant, avant que l’inattendu ne devienne une dure réalité.

Protégez votre propriété

Une des premières choses à faire est de savoir quels type de catastrophes peuvent se produire là où vous vivez —- incendie, inondation, tremblement de terre, ouragan, ou une tornade, par exemple. Les étapes suivantes peuvent vous aider à éviter ou à réduire sensiblement la destruction physique potentielle de votre propriété si une catastrophe se produisait. Ces mesures peuvent aussi réduire vos coûts d’assurance. Par exemple, vous pouvez:

  • Installez des détecteurs de fumée pour vous avertir d’un feu dans votre appartement ou votre maison.
  • Relever des services importants à l’étage supérieur ou un grenier.
  • Éliminer les broussailles autour de votre maison pour vous protéger contre les incendies de forêt.
  • Ancrer votre maison à la fondation et ancrer le toit à la structure principale.
  • Attacher les objets qui pourraient tomber et causer des dommages lors d’un tremblement de terre, comme une bibliothèque ou un chauffe-eau.
  • Installez volets résistants aux ouragans sur les fenêtres et préparer des écrans en contreplaqué pour les portes en verre.
  • Couvrez les fenêtres, fermez les services publics et déplacez les biens dans un endroit plus sûr si vous bénéficiez d’un avertissement suffisant long avant l’arrivée d’un ouragan ou d’une inondation.
  • Si votre maison est dans une zone inondable à risque élevé, sur une ligne de faille, ou menacé par l’érosion côtière, envisagez de déménager.
  • Faites inspecter votre maison par un inspecteur en bâtiment ou un architecte pour savoir quelles améliorations structurelles pourraient prévenir ou réduire les dommages en cas de catastrophes.
  • Si vous n’avez pas encore acheté une maison, vous pourriez prendre en compte le type de construction. Les maisons à ossature ont peuvent résister à certaines catastrophes, tandis que les maisons de briques peuvent mieux résister à d’autres.

Si vous ne savez pas par où commencer, vous pouvez contacter votre service d’incendie local. Les services d’incendie peuvent faire des visites à domicile pour évaluer votre propriété et faire des suggestions sur la façon d’en améliorer la sécurité. Dans les zones à risque sismique, un représentant des services publics locaux peut être appelé et venir chez vous pour vous montrer comment et où de couper le gaz ou comment surélever élever certains appareils pour les mettre au-dessus du niveau d’une inondation possible.

Faire un inventaire du contenu de votre maison

Faites l’inventaire de vos biens par obtenir une liste de tout ce que vous possédez. En cas de catastrophe, cette liste pourrait:

  • vous permettre de prouver la valeur de ce que vous possédiez si ces biens sont endommagés ou détruits.
  • Vous aider à recevoir un remboursement juste et plus rapide de votre compagnie d’assurance.
  • Fournir la documentation requise aux fins de déductions fiscales que vous pourrez demander pour vos pertes.

Méthode pour procéder à un inventaire complet de vos biens:

  • Notez l’emplacement des originaux de tous les documents financiers et familiaux importants, tels que les actes de naissance et de mariage, les testaments, contrats, déclarations fiscales, polices d’assurance, actions et obligations. Conserver les originaux dans un endroit sûr et entreposer des copies ailleurs. Vous aurez besoin de dossiers accessibles pour fins d’impôt et d’assurance.
  • Faire un enregistrement visuel ou écrit de vos biens. Si vous ne possédez pas de matériel photo ou vidéo (et ne pouvez pas emprunter ou louer), acheter un livret de l’inventaire et le remplir, ou faire une liste simple sur papier. Demandez à votre agent d’assurance si il ou elle peut vous en fournir un.
  • Aller de chambre en chambre. Décrivez chaque article, quand il a été acheté, et son coût. Si vous photographiez ou filmez, faites vous aider par une personne qui pourra ouvrir les portes de placard et tenir les objets.
  • Enregistrez les modèles et les numéros de série.
  • Ne pas oublier d’inclure les articles moins chers, tels que les serviettes et les vêtements. Leurs coûts n’est pas négligeable si vous devez les remplacer.
  • Inclure aussi les biens entreposés dans votre grenier, la cave et le garage.
  • Notez aussi la qualité des matériaux de construction, en particulier pour l’ameublement, comme les portes en chêne ou les appareils et équipements sanitaires coûteux.
  • Photographiez l’extérieur de votre maison. Inclure l’aménagement paysager — le grand arbre dans la cour avant peut ne pas être assurable, mais il augmente la valeur de votre propriété à des fins fiscales. Prenez note des améliorations, comme un patio, clôtures, ou dépendances.
  • Photographiez vos voitures, bateaux et véhicules récréatifs.
  • Faites des copies des reçus et chèques comme preuve d’achat des articles de plus grande valeur.
  • Faites évaluez par un professionnel vos bijoux, objets de collection, oeuvres d’art, ou de tout objet difficile à évaluer. Mettez à jour les évaluations tous les deux à trois ans.
  • Mettre à jour votre inventaire chaque année.

Vous pensez que c’est trop de travail? Il existe des logiciels conçus à ces fins qui peuvent rendre la tâche beaucoup plus facile. Ces programmes sont facilement disponibles dans les magasins d’ordinateurs locaux ou en ligne.

Une fois que vous avez terminé votre inventaire, il est très important d’en conserver une copie avec des parents ou des amis, ou dans un coffre-fort. Ne laissez pas votre seule copie à la maison où elle pourrait être détruite.

Assurez vous

Même avec suffisamment de temps pour vous préparer à une catastrophe, votre propriété pourrait subir des dommages importants et inévitables. C’est à ce moment que les assurances pour locataires ou propriétaires peuvent être d’une grande aide. Pourtant on constate que de nombreuses personnes touchées par des catastrophes récentes sont sous-assurées, ou même pas assurées du tout. La plupart des assurances résidentielles ne couvrent pas les risques d’inondation et ceux associés à d’autres catastrophes majeures. Assurez-vous d’avoir des assurances qui couvrent les évènements qui peuvent se produire.

Si vous possédez une maison:

  • Souscrire une assurance offrant, au minimum, le remplacement complet ou la couverture du coût de remplacement. Cela signifie que la structure peut être remplacé dans les limites précisées dans la politique.
  • Renseignez vous sur l’achat d’une police offrant le coût de remplacement garanti. Si disponibles, ces politiques peuvent permettre de reconstruire votre maison, y compris ses améliorations, au prix actuel, quelles que soient les limites de la politique.
  • Faites réévaluer votre maison régulièrement de manière à ce que la politique reflète le coût de remplacement réel.
  • Ajuster périodiquement la police afin d’inclure les améliorations faites à votre domicile, tels que la finition du sous-sol. Les augmentations annuelles automatiques peuvent ne pas être suffisant pour couvrir ces travaux.
  • Prenez une police qui couvre le coût de remplacement de vos biens. Les couvertures standard ne paient que pour la valeur actuelle (coût de remplacement ajustée par l’âge ou l’utilisation).
  • Soyez très clair sur ce que la politique couvre et ne couvre pas, et comment s’appliquent les franchises (la partie que vous payez avant que la politique commence à rembourser).
  • Vérifier s’il vous pouvez souscrire une assurance gérée par le gouvernement si vous trouvez qu’il est difficile d’obtenir une couverture privée en raison d’une catastrophe récente. Les primes sont souvent plus élevés que les taux du marché, mais cela vaut mieux que pas de couverture.
  • Utilisez votre liste d’inventaire de la maison pour vérifier que la couverture de votre politique correspond à la valeur de vos biens.

Si vous louez:

  • Si vous êtes locataire, essayez de vous loger en dehors d’une zone inondable à risque élevé ou loin d’une ligne de faille.
  • Prendre une police d’assurance locataire, qui paie pour vos biens endommagés, détruits ou volés. L’assurance de votre propriétaire ne couvre pas les dommages ou la perte de vos biens. En outre, envisager une couverture spéciale comme une assurance contre les inondations pour vos biens personnels.
  • Soyez clair sur ce que cette police couvrira. Certaines polices ont une couverture plus large. Par exemple, la police couvre-t-elle les frais de subsistance si vous devez vivre ailleurs temporairement, ou couvre-t-elle les dommages causés par un refoulement d’égout?
  • Faites des recherches pour obtenir la meilleure couverture au meilleur prix. À l’exception des polices gouvernementales contre les inondations, les prix varient d’une compagnie à l’autre. Les polices d’assurance dans la plupart des régions sont très abordables. Commencez par la compagnie qui assure votre voiture. Des réductions de prix s’appliquent si vous avez plus d’une police avec une même société.

Si vous déménagez:

  • Sélectionnez une maison qui n’est pas sur une ligne de faille, dans une zone inondable, ou à risque d’érosion côtière.
Envisager une couverture spéciale

Les assurances pour les locataires et les propriétaires ne couvrent pas certains types de pertes. Demandez à votre agent d’assurance ou votre planificateur financier de vous renseigner sur des couvertures spéciales ou additionnelles pour ce qui suit:

  • En ce qui concerne les inondations; les polices couvrant les propriétaires de maisons ne dédommagent pas les dégâts causés par les inondations. Appelez votre compagnie d’assurance afin d’obtenir une couverture.
  • En ce qui concerne les tremblements de terre, les primes sont très chères et les franchises varient de 5% à 20% de la couverture de la politique. N’oubliez pas qu’une telle couverture peut être mieux que pas de couverture du tout (notez que la protection du contenu d’une maison fait généralement l’objet d’une protection séparée.)
  • En ce qui concerne le bureau d’affaires dans votre résidence certaines polices prolongent automatiquement la couverture à l’équipement informatique et autres biens reliés à votre entreprise domiciliée dans votre résidence. Parlez-en à votre agent afin de déterminer quels éléments seraient ou ne seraient pas couverts. Si nécessaire, vous pouvez acheter une couverture d’affaires supplémentaire à un coût modeste. Vous pouvez aussi souscrire une police séparée spécifique à votre entreprise et offrant une couverture plus large.
  • En ce qui concerne le code du bâtiment, renseignez vous auprès de votre agent sur l’assurance supplémentaire couvrant les coûts pour se conformer aux nouveaux codes plus stricts. Après une catastrophe les gens sont souvent surpris, lors de la reconstruction, des coûts qui sont beaucoup plus élevés parce que les codes de construction ont changé. Tous les codes les plus récents doivent être respectées lors de la reconstruction. Envisager aussi des améliorations structurelles supplémentaires qui offriront plus de protection.
  • Il existe d’autres problèmes potentiels, incluant des problèmes liés à des mines sous votre propriété, aux refoulements d’égouts ou aux glissements de terrain.
  • Enfin inclure les valeurs exceptionnelles. Acheter une couverture supplémentaire pour certains bijoux, objets de collection, œuvres d’art, fourrures et autres articles de grande valeur.
Où garder des liquidités

Après une catastrophe, vous pouvez avoir besoin d’argent pour les premiers jours, voire plusieurs semaines. Vos revenus peuvent être interrompus si vous ne pouvez plus travailler. Pour faire face à cette situation vous pourriez considérer les points suivants:

  • Gardez une petite somme d’argent liquide ou des chèques de voyage à la maison dans un endroit facile d’accès en cas d’évacuation soudaine. Une catastrophe peut bloquer les guichets automatiques et les banques locales. L’argent devrait être en petites coupures pour une utilisation plus facile.
  • Mettez de côté de l’argent dans un fonds d’urgence. Cela peut être difficile à faire sur un budget serré, mais le jeu en vaut la chandelle. Le fonds peut être très utile, non seulement en cas de catastrophe, mais aussi en cas de crise comme en cas de chômage ou lorsque des dépenses imprévues (comme les frais juridiques) surviennent.
  • Gardez vos fonds d’urgence sur un compte offrant toute sécurité et facilement accessible, comme un livret compte d’épargne ou un compte du marché monétaire.
  • Gardez une partie des fonds à l’extérieur de votre région car la catastrophe qui pourrait vous affecter peut aussi affecter vos institutions financières locales. Un compte sur fonds communs du marché monétaire placé dans une autre ville est une option à considérer.
  • Payez vos soldes dus sur vos cartes de crédit. En effet vous pourriez avoir besoin de ces fonds pour vous dépanner.
Utilisez une trousse d’évacuation

Achetez une trousse d’évacuation solide et qui peut être verrouillée. Elle doit être prise en cas d’urgence. Même une boîte en carton pourrait faire l’affaire. Mettez les papiers importants dans la trousse, dans des sacs plastiques scellés et étanches. Conserver la trousse dans votre maison où vous pouvez y accéder facilement. Suite à une catastrophe gardez cette boîte avec vous en tout temps et ne le laissez pas dans votre voiture sans surveillance.

La boîte doit être assez grande pour transporter:

  • Une petite quantité de chèques de voyage ou des liquidités et quelques rouleaux de piéces de monnaie.
  • Les négatifs de photographies irremplaçables protégés dans des pochettes en plastique.
  • Une liste de contacts d’urgence qui comprend : médecins, conseillers financiers, clergé, entrepreneurs ayant une bonne réputation et membres de votre famille qui vivent en dehors de votre région.
  • Des copies des ordonnances importantes pour les médicaments et les lunettes et des copies des dossiers de vaccination des enfants.
  • Les cartes d’assurance santé et dentaire.
  • Des copies de toutes vos assurances ou au moins les numéros de police et une liste de numéros de téléphone de vos compagnies d’assurance.
  • Des copies des autres documents financiers et familiaux importants (ou au moins une liste de leurs places d’entreposage). Ceux-ci comprennent les actes, les titres, les testaments, instructions, les certificats de naissance et de mariage, passeports, les documents attestant de vos bénéfices en tant qu’employé, les deux premières pages de déclarations d’impôt sur le revenu de l’année précédente, etc. Les originaux de ces documents, autres que les testaments, devraient être conservés dans un coffre-fort ou dans un autre lieu que votre résidence.
  • Les fichiers sauvegardés de dossiers financiers informatisés.
  • Une liste de compte bancaire, prêt, carte de crédit, permis de conduire, compte de placement (de courtage et de fonds communs de placement), et les numéros de sécurité sociale.
  • La clé de votre coffre-fort à la banque.
Louer un coffre-fort

Les coffres forts sont très précieux pour protéger les originaux des documents importants. Si vous ne disposez pas d’un coffre-fort, conserver des copies dans votre trousse d’évacuation ou auprès de votre famille ou avec des amis. Les documents originaux à stocker dans un coffre-fort comprennent:

  • Les actes, titres et autres documents de propriété pour votre maison, voiture, camion, bateau, etc.
  • Les certificats de naissance et les documents de naturalisation.
  • Les actes de mariage / papiers de divorce et les documents de garde d’enfants.
  • Les passeports et les papiers militaires / anciens combattants.
  • Estimations de bijoux couteux et objets hérités.
  • CLes certificats des actions, obligations et autres investissements.
  • Les accords de fiducie.
  • Les testaments, procurations, et les procurations concernant les soins de santé.
  • Les polices d’assurance (des copies suffisent).
  • Les dossiers de rénovation domiciliaire.
  • La documentation de l’inventaire de vos biens.

Les originaux des testaments ne devraient pas être conservés dans un coffre-fort puisqu’il peut faire l’objet d’une scellée temporaire suite à votre mort. Conserver les originaux des testaments au registre local des testaments ou auprès de votre avocat ou notaire.

Décider de d’un emplacement sûr et pratique d’un coffre fort est un problème. Vous pourriez envisager de louer un coffre-fort dans une banque assez loin de votre maison. Il serait moins susceptible d’être touchée par la même catastrophe qui pourrait frapper votre maison (on sait que des voutes bancaires ont été inondées). Gardez la clé du coffre-fort dans votre trousse d’évacuation.

Coffres fort et boitier résistant aux flammes

Un coffre-fort ou un boitier résistant au feu peuvent être un endroit pratique pour stocker des documents importants. Cependant, certaines catastrophes telles que les ouragans, les inondations, les tornades, ou pourraient détruire votre maison. Habituellement, il est préférable de stocker les documents originaux dans un coffre-fort ou à un autre endroit éloigné de votre maison.

Si vous avez le temps….

Certaines catastrophes, comme les tornades ou les tremblements de terre, frappent avec peu ou pas d’avertissement. D’autres, tels que les inondations ou les ouragans, peuvent donner un certain temps pour se préparer. Si il n’y a pas assez de temps, vous pouvez prendre les mesures suivantes:

  • Sélectionnez les biens que vous mettriez sur une très courte liste de priorité. Par exemple, imaginez que vous pourriez prendre dans une seule valise ou une seule auto. Que voulez-vous prendre? Impliquer toute la famille dans cette discussion. Prenez les bijoux et autres petits objets de valeur.
  • Prenez les biens hérités, les souvenirs et les photos irremplaçables.
  • Ne vous encombrez pas avec les biens remplaçables tels que les téléviseurs, les meubles, les ordinateurs, et les vêtements (sauf ceux que vous aurez besoin de porter pendant quelques jours).
  • Assurez-vous, cependant, de prendre un poste de radio à piles et des piles de rechange afin que vous puissiez rester informé.
  • Prenez les documents importants et les disques durs d’ordinateurs si vous avez une entreprise à domicile.

Ce document contient beaucoup d’idées. Il est possible que vous ne puissiez pas être en mesure de faire tout ce qui est suggéré — ne vous inquiétez pas. Faites ce que vous pouvez. Prendre seulement quelques précautions, même limitées, va protègera en cas de catastrophe.

Source : http://cp4188018011.4homeinfo.com/gold_newsletter#gold_article1

MAJ :2018-10-18 CB

90 jours pour interdire le pot dans les logements

 

Une photo de : Shane Cotee – stock.adobe.com

90 jours pour interdire le pot dans les logements

Les propriétaires qui souhaitent éviter des dommages causés à leurs logements par la consommation du cannabis auront 90 jours, dès mercredi, pour envoyer un avis de modification du bail même si nous ne sommes pas en période de renouvellement.

Cela devrait les réassurer puisque selon un récent sondage de l’Association des Propriétaires du Québec (APQ), 73 % des propriétaires croient que la fumée causée par la consommation de la marijuana dérangera suffisamment leurs locataires pour générer des plaintes. Selon le même sondage, 28 % des répondants ont déjà vécu des situations dans leur logement à la suite de la consommation ou de la culture de marijuana dans un logement.

Que feront les propriétaires?

Le propriétaire pourra assurément ouvrir un dossier à la Régie du logement. Mais attention ! Présentement, la moyenne d’attente à la Régie du logement est de 5,5 mois (selon le rapport de gestion 2016-2017). Alors à combien de temps peut-on estimer le traitement des dossiers du cannabis ? Je crains la réponse !

La principale plainte adressée aux proprios est l’odeur de la fumée. Mais que peut faire le propriétaire pour prévenir le plus possible ce problème ?

Le gouvernement permet d’envoyer après l’entrée en vigueur de la loi, soit le 17 octobre 2018, un avis de modification des conditions du bail même si nous ne sommes pas en période de renouvellement.

La loi dit: «Un locateur peut d’ici 90 jours après l’entrée en vigueur de la loi encadrant le cannabis modifier les conditions d’un bail de logement en y ajoutant une interdiction de fumer du cannabis.»

À cette fin, le locateur remet au locataire un avis de modification décrivant l’interdiction de fumer du cannabis applicable à l’utilisation des lieux.

Le locataire peut, pour des raisons médicales, refuser cette modification. Il doit alors aviser le locateur de son refus dans les 30 jours de la réception de l’avis. Dans un tel cas, le locateur peut s’adresser à la Régie du logement dans les 30 jours de la réception de l’avis de refus pour faire statuer sur la modification du bail.

En l’absence de refus, l’interdiction est réputée inscrite au bail 30 jours après la réception par le locataire de l’avis de modification.

Conseils

Il faut se rappeler que c’est la responsabilité du propriétaire de garantir à tous les occupants de l’immeuble la jouissance paisible et normale des lieux.

Naturellement, si le bail ou le règlement de l’immeuble prévoit l’interdiction de la fumée du cannabis, cela facilitera les choses pour le propriétaire.

N’attendez pas pour envoyer votre avis de modification pour le cannabis.

 

Source : https://www.tvanouvelles.ca/2018/10/16/90-jours-pour-interdire-le-pot-dans-les-logements-1

Auteur: Ghislain Larochelle | Journal de Montréal| Publié le 

MAJ : 2018-10-19 CB

IMMOBILIER – MAMAN J’AI TROMPÉ MON COURTIER !

Être fidèle à son courtier immobilier ?

C’est l’histoire de Marie, une de mes amies, qui désire acheter une maison avec son chum. Après avoir visité une vingtaine de propriétés avec son courtier immobilier… elle tombe finalement en amour avec une charmante petite maison. Comble de malheur, pour le courtier, la maison est affichée sur Du Proprio. C’est ainsi que Marie se prépare pour la nuit de longs couteaux. Cette nuit, derrière les portes closes, dans le secret le plus total, en solo, elle va déposer une promesse d’achat par courriel dans le dos de son courtier. Une histoire qui laisse toujours une drôle d’ambiance entre les deux parties. Voici donc ce petit drame tapissé de duperies. 😉

Tranche de vie
Pour se rassurer, Marie me contacte pour me demander la valeur marchande de la propriété convoitée…

ㅡ Allo Dom! Question pour toi! Es-tu capable de savoir si une maison a déjà été en vente et à quel prix? Nous avons vu une maison sur Du Proprio et on sait qu’elle a déjà été affichée avant, donc on voulait avoir les infos….

Je laisse volontairement passer quelques jours pour qu’elle puisse réfléchir au concept de fidélité. Trois jours plus tard. 😉

ㅡ Salut, Marie, oui je peux te dire ça, mais pourquoi ne demandes-tu pas à ton courtier ?

ㅡ C’est sur Du Proprio, alors les courtiers ne veulent pas tant aider. Anyway pas grave, on a fait une offre.

ㅡ Vous avez trompé votre courtier !? 😉

ㅡ Haha ce n’est pas de ma faute si les gens mettent leur maison à vendre sur Du Proprio !

ㅡ Nice tu viens de m’inspirer un article ! ) Le titre : Maman j’ai trompé mon courtier ! 😉 ha ha

ㅡ Lol. J’aime ça!

ㅡ Yes, on s’en reparle, bon succès à vous deux!

Elle me résume sa pensée
« Je ne veux pas être plate, mais aujourd’hui ça sert plus à grand-chose un courtier….. Tous les listings qu’ils nous envoient sont sur Centris…. C’est rare un agent qui a accès à des maisons non listées. »

Outch!
Je ne voudrais pas être dans les culottes de son courtier, en plus d’être nouvellement cocu 😉 il n’a visiblement pas su démontrer sa plus-value. En fait, peu importe votre profession, se faire dire que sa job ne sert à rien… ça fait toujours un peu mal. 😉

À quoi sert un courtier?
Personnellement, je perçois les courtiers comme des experts de secteurs, des experts de la valeur marchande, des experts de la négociation, des experts de la vente, des confidents, un support, un service-conseil, une deuxième paire d’yeux qui vous aide à mieux vendre et à mieux acheter.

À qui la faute ?
Dans cette tranche de vie, Marie a commis une erreur. Elle a choisi le premier courtier du bord «une connaissance de son chum». On s’entend pour dire que chaque courtier a des forces et des faiblesses, certains sont spécialisés dans la vente d’unifamiliales, d’autres dans l’achat de multi logements, etc. Choisir, un courtier simplement parce que c’est l’ami de votre chum, c’est un peu comme choisir à l’aveugle. C’est un raccourci commode basé sur le souci de plaire et la loi du moindre effort. Connaissez-vous beaucoup de gens qui ont connu le succès sans effort?

Bâtir une équipe
L’équipe autour de vous dictera en partie votre réussite. Les Self-Made-Man, c’est bien beau à Hollywood, mais ici sur le plancher des vaches ça vous prend une équipe solide. Si vous désirez vous démarquer de la moyenne et mieux investir, il faut impérativement obtenir des références solides sur votre courtier. Les liens de sang c’est commode, mais des références c’est solide.

Pour ne pas laisser ta réussite au hasard
Au cours des deux dernières années, j’ai eu la chance de rencontrer plus 500 professionnels de l’immobilier. Si tu veux un bon courtier immobilier / hypothécaire dégourdi, ça va me faire plaisir de t’aider à bâtir ton équipe gagnante. Écris-moi à info@mieuxinvestir.ca ou texte-moi 514-716-3383, je te mettrai en contact avec un bon courtier de ta région qui fit avec tes besoins spécifiques.

Conclusion
Faire travailler un courtier immobilier dans le vide, le tromper, le quitter, puis argumenter « anyway pas grave »… on a déjà vu des règles d’éthique plus élevées. 😉 Plutôt que d’utiliser les autres, puis de les jeter, il est préférable de bien choisir son équipe dès le départ et bâtir une relation d’affaires à long terme. Ce que tu ignores Marie c’est que ces fameuses « maisons non listées » comme tu les appelles, sont toujours réservées aux clients récurrents et loyaux. C’est toujours les investisseurs avec qui le courtier bâtit des relations solides qui héritent des deals. Bref, Marie, on comprend tous les deux que ce n’est pas demain la veille qu’un courtier va t’appeler pour te proposer un « deal ». 😉 Think about that.

Merci de m’avoir lu,

Au plaisir,

Dominic

Ps: Marie, ta maman ne sera pas bien bien fière de toi! 😉

PS: Si tu penses comme moi, va donc aimer ma page Facebook: Mieux Investir

« L’idée c’est que les relations à long terme payent davantage que les relations à court terme… »

Un texte de Dominic Goulet-Lapointe

MAJ : 2018-04-09 – CB

Immobilier : acheter ou vendre sans garantie légale

clés maison sans garantie légale

Vous pensez à acheter ou vendre une propriété sans garantie légale? Cette décision peut avoir des conséquences importantes. Voici quelques conseils pour vous aider à faire un choix éclairé.

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que la garantie légale?

Au Québec, les maisons sont habituellement vendues avec une garantie légale prévue par le Code civil. Cette garantie couvre la validité du droit de propriété et la qualité de construction de l’immeuble. Elle permet notamment à l’acheteur de poursuivre le vendeur s’il découvre un vice caché. Un vice caché est un problème important non détecté lors de l’inspection comme de la moisissure dans les murs, par exemple.

Toutefois, certaines maisons sont aussi vendues sans garantie légale. L’acheteur renonce alors à entreprendre des recours contre le vendeur si un problème survient. Celles-ci sont habituellement moins chères que les propriétés comparables offrant cette garantie.

Pourquoi vendre sans garantie légale ?

Habituellement, les maisons sont vendues sans garantie légale à la suite d’une succession ou d’une reprise de finance. Les héritiers ou la banque, selon le cas, ne veulent pas être responsables d’éventuels problèmes.

Parfois, des personnes âgées choisissent aussi cette option. Elles veulent vendre sans le stress d’éventuelles poursuites ou pour protéger leurs héritiers.

Quels sont les risques d’acheter sans garantie légale ?

La garantie légale prévoit deux types de protection :

  • Garantie dudroit de propriété. Elle confirme que les hypothèques sont remboursées, qu’il n’y a pas de servitudes ni de limitations des règlements municipaux et provinciaux non déclarées. Renoncer à cette garantie est moins risqué qu’il y paraît si votre notaire fait des vérifications vigilantes.
  • Garantie de qualité. Elle vous protège des vices cachés. En vertu de la loi, un vendeur doit déclarer les problèmes qu’il connaît. En l’absence d’une garantie de qualité, l’acheteur ne peut poursuivre le vendeur pour un problème dont il ignorait l’existence.

Malheureusement, un vendeur qui n’a pas habité la résidence ignore souvent les problèmes qui peuvent l’affecter. Par exemple, s’il y a eu des problèmes d’infiltration d’eau dans le passé. D’où la condition « sans garantie légale ». Le risque est alors plus grand pour l’acheteur.

Notez qu’au moment de faire une offre d’achat, l’acheteur peut demander de maintenir la garantie de droit de propriété et renoncer seulement à la garantie de qualité.

Précautions à prendre

Si vous souhaitez acheter une maison sans garantie légale, voici quelques précautions à prendre pour limiter les risques.

  1. Demandez pourquoi la maison est vendue sans garantie légale et quels sont les problèmes connus par le vendeur.
  2. Faites inspecter la maison par un professionnel. Avisez-le qu’il s’agit d’une vente sans garantie légale. Son inspection sera plus approfondie.
  3. Demandez à votre inspecteur de faire remplir une déclaration du vendeur décrivant l’état de la propriété. Ce dernier saura poser les bonnes questions pour obtenir le maximum d’information sur l’immeuble.

Aucune garantie, vraiment?

Même en l’absence de garantie légale, l’acheteur peut avoir des recours contre le vendeur. Toutefois, pour être admissible en cour, il doit prouver que le vendeur a omis volontairement de signaler un défaut majeur et qu’il a fait inspecter la maison par un professionnel. Ensuite, ce sera au juge de déterminer la responsabilité du vendeur. Ces démarches sont toutefois dispendieuses.

 

Un texte de : Lyne Desruisseaux

Auteure chez Confessions de French Lily

MAJ:  2018-04-09 – CB

Achat d’une maison : 11 frais à prévoir outre l’hypothèque

Selon Jonathan Haziza, directeur de produits, solutions hypothécaires à la Banque Nationale, l’ampleur des coûts reliés à l’achat d’une habitation peut être sous-estimée par les nouveaux acheteurs. Voici donc les éléments à inclure pour un portrait réaliste.

 

Frais d’évaluation
Il est possible que votre institution financière vous demande une évaluation de la propriété pour en connaitre la valeur sur le marché. Cela arrive lorsque celle-ci a une valeur élevée ou que divers facteurs de risque sont présents. En fait, l’institution financière demande cette évaluation dans une optique de protection : soit pour s’assurer que les paiements ne seront pas trop élevés pour vos moyens ou que la propriété vaut véritablement le prix que vous allez payer. Vous devrez donc engager un évaluateur pour qu’il produise les documents pour vous.

Frais d’inspection
Pour s’assurer qu’il n’y ait pas de vices cachés, il est essentiel d’engager un inspecteur en bâtiment pour les maisons existantes. Cela vous évitera des mauvaises surprises qui pourraient vous coûter cher ; vous aurez la certitude que tout est en bon état.

Frais du notaire
Pour tout acte hypothécaire, au Canada, vous devez faire affaire avec un notaire. Le coût de cette transaction varie selon plusieurs critères.
Maître Pascale Gagnon, notaire, indique que : « Le type de bâtiment, le nombre d’acheteurs et le nombre de logements, pour ne nommer que ceux-ci, sont certains des facteurs qui influenceront le tarif d’un notaire. La meilleure manière de jauger les honoraires est de contacter directement un notaire qui pourra évaluer votre cas en tenant compte de tous les paramètres de votre future résidence ».

Les taxes
Lors de l’achat d’une propriété, il y a principalement cinq taxes à acquitter.

  • La taxe de Bienvenue, perçue par les municipalités lors d’une mutation mobilière
  • La taxe de vente, donc la TPS et la TVQ s’il s’agit d’une maison neuve
  • La taxe sur la prime SCHL (9% sur la valeur de la prime)
  • La taxe municipale
  • La taxe scolaire

Ces taxes varient en fonction de la municipalité ainsi que de la valeur de l’habitation. Lorsque vous planifierez votre budget, notez bien que la taxe municipale et la taxe scolaire sont des taxes récurrentes que vous devrez payer année après année alors que les autres ne s’acquittent que lors d’un changement domiciliaire.

Les assurances
Si votre mise de fonds est inférieure à 20% du coût de la maison, vous devrez contracter une assurance hypothécaire. Cette assurance n’assure pas votre maison et vos biens, mais plutôt vos paiements hypothécaires. Il est aussi possible que votre institution financière vous exige une assurance hypothécaire même si votre mise de fonds est supérieure à 20% de la valeur votre propriété.

Branchement au réseau électrique, télévision et internet

Se connecter au réseau électrique est un frais que les nouveaux acheteurs oublient souvent, de même que les frais reliés au branchement internet et de télévision. Contactez vos fournisseurs afin de vérifier la disponibilité du service dans votre nouveau quartier. Il est possible que si vous emménagez dans un nouveau développement, vous ayez à payer des frais supplémentaire pour les branchements afin de faire relier votre quartier aux multiples réseaux.

Rénovations
Gardez-vous un montant pour les rénovations. Prenez-le temps de faire le tour de votre future demeure pour identifier les améliorations et réparations que vous aimeriez apporter.

Achats de meubles et électroménagers
Il est possible lors de l’achat d’une propriété que vos anciens meubles et électroménagers ne conviennent plus ou que vous ayez tout simplement besoin d’en acheter davantage.

Frais de déménagement
Que vous fassiez affaire avec une compagnie professionnelle ou que vous décidiez plutôt de faire le travail vous-même, il y aura certainement des dépenses liées à votre déménagement : n’oubliez pas de les inclure à votre budget.

Frais de cohabitation

Si vous avez acheté un condo, vous devrez payer des frais de cohabitation qui couveront certain frais communs comme l’entretien intérieur et extérieur, le déneigement, etc.

Imprévus
Puisqu’il est impossible de tout prévoir, mieux vaut se garder une somme pour les imprévus. Jonathan Haziza de la Banque Nationale, conseille habituellement de mettre au moins de 2 à 3 % de la valeur de votre maison de côté afin de payer les dépenses supplémentaires.  Grâce à cette liste, vous serez en mesure de dresser un portrait plus juste des dépenses reliées à l’achat d’une habitation.

Si vous avez des questions ou si vous désirez en apprendre davantage sur les frais à prévoir, n’hésitez pas à communiquer ou à prendre rendez-vous avec le directeur développement hypothécaire dédié à votre bureau qui se fera un plaisir de vous aider.

Les informations fournies dans le présent texte le sont à titre informatif seulement et ne sont pas exhaustives. Elles ne créent aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale et les entités de son groupe. Pour tout conseil veuillez consulter votre directeur de développement hypothécaire.

© 2015 Banque Nationale du Canada. Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

 

Source / Référence : RE/MAX Québec et la Banque Nationale du Canada, https://www.remax-quebec.net/partenaires/article-2323

Comprendre le rôle d’évaluation

Photo : ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire

ÉCONOMIE

5 infographies pour comprendre l’évaluation foncière


Comment la valeur d’une propriété est-elle établie? Qu’est-ce qui fait en sorte qu’une propriété prend de la valeur? Voici cinq infographies pour mieux comprendre comment fonctionne l’évaluation foncière.
Un texte de Catherine ContantTwitterCourriel

La valeur d’une propriété est établie par un évaluateur municipal et inscrite au rôle d’évaluation foncière de la municipalité. Elle demeure en vigueur pendant trois ans. La valeur inscrite au rôle sert de base d’imposition pour les taxes foncières municipales et les taxes scolaires. Pour établir la valeur d’une propriété, l’évaluateur se base sur les conditions du marché observées 18 mois avant l’entrée en vigueur du rôle d’évaluation. C’est ce qui explique pourquoi certains secteurs d’une municipalité ont parfois du « rattrapage » à faire. Par exemple, en 2018, la valeur inscrite au rôle aura été établie selon les conditions du marché telles qu’elles étaient le 1er juillet 2014. Or, le marché peut avoir beaucoup évolué en trois ans et demi.

photo : ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire   Il existe trois façons d’établir la valeur d’une propriété : la méthode du coût, la méthode du revenu et la méthode de comparaison. S’il utilise la méthode du coût, l’évaluateur prend la valeur du terrain (évalué comme s’il était vacant), il y ajoute le coût estimé pour construire le même bâtiment et il soustrait le coût de toutes les détériorations. Avec la méthode du revenu, l’évaluateur prend en considération les revenus que le bâtiment génère, ou qu’il est censé générer. La méthode de comparaison tient compte quant à elle du prix auquel se sont vendues des propriétés similaires, en procédant aux ajustements nécessaires. L’évaluateur peut utiliser l’une ou plusieurs de ces méthodes, tout dépendant du type de propriété et des conditions du marché immobilier.

photo : ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire   Les principaux éléments dont l’évaluateur tient compte lorsqu’il établit la valeur d’une propriété sont la superficie du terrain, les caractéristiques physiques du bâtiment (présence d’un garage, d’une cheminée, etc.), l’âge apparent du bâtiment et ses dimensions.

photo : ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire   Dans certains cas, le rôle d’évaluation peut être modifié après être entré en vigueur, comme lorsqu’il y a un changement de propriétaire, que le terrain est subdivisé ou regroupé, ou bien qu’un bâtiment est construit, démoli ou amélioré sur la propriété.

photo : ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire

photo : ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire Source : http://m.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/09/16/013-infographies-comprendre-role-evaluation-fonciere.shtml

 

QUÉBEC

Jeudi 17 septembre 2015 8h51

Comprendre les impacts d’un marché immobilier d’acheteurs sur votre mise en marché

Connaître les différences entre un marché immobilier d’acheteurs ou de vendeurs peut vous aider à prendre les bonnes décisions…

Qu’est-ce qu’un marché d’acheteurs?

Un marché d’acheteurs est un marché immobilier caractérisé par un plus grand nombre de vendeurs de propriétés que d’acheteurs. Les acheteurs ont l’avantage dans ce type de situation. Ils peuvent prendre plus de temps pour magasiner la maison de leurs rêves et se permettre de négocier le prix. C’est le temps d’acheter une maison.

Dans un marché d’acheteurs, les vendeurs doivent généralement attendre plus longtemps avant de vendre leur propriété.  Il ne faut donc pas désespérer si votre propriété ne prend pas preneur dans les premiers jours de sa mise en vente.  Les acheteurs savent qu’ils ont du temps pour magasiner leur propriété.   Le temps moyen de vente d’une propriété varie en fonction de la région et du type d’habitation.  Gardez en tête qu’il n’est pas rare dans un marché d’acheteurs, les vendeurs doivent attendre plus de 100 jours pour recevoir la première offre.  

 

Référence: www.remax-quebec.com

Qu’est-ce qu’un marché de vendeurs? 

On parle de marché de vendeurs lorsqu’il y a peu de propriétés à vendre comparativement au nombre d’acheteurs. Les vendeurs ont donc l’avantage dans cette situation.  Certains d’entre vous se souviendront du boom immobilier du début des années 2000.  Les transactions immobilières pouvaient se boucler en moins de 30 jours et les vendeurs pouvaient empocher rapidement d’énormes profits.  À Montréal, il n’était pas rare de voir des files d’attente d’acheteurs devant l’ouverture des bureaux des ventes de projets de condos.   

Dans un marché de vendeurs, les acheteurs doivent faire une offre plus rapidement pour ne pas risquer de perdre la propriété et ils peuvent moins négocier.  Il n’est pas rare de voir des situations d’enchères lorsque plusieurs acheteurs veulent la même propriété. C’est le temps de mettre sa maison à vendre.

Quel est le marché actuel?

Selon l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), le marché immobilier actuel est majoritairement un marché d’acheteurs et ça devrait être le cas pour toute l’année 2015. On parle définitivement de marché d’acheteurs dans le cas des condos de luxe à Québec. Il y a par contre certaines exceptions. Par exemple, on note un marché de vendeurs pour les maisons unifamiliales à Montréal.  

Comment vendre dans un marché d’acheteurs?  Puisque les propriétés en vente sont nombreuses et que les acheteurs ont l’embarras du choix, il est nécessaire que le prix de vente soit compétitif et que la propriété se démarque des autres si on veut réussir à vendre aux meilleures conditions et dans les meilleurs délais possibles. Une mise en marché adéquate, réalisée par des professionnels, est nécessaire. De la publicité dans les endroits ciblés pour offrir la meilleure visibilité et attirer les potentiels acheteurs, les services de home staging pour préparer votre maison et la rendre attrayante et une vigie de l’activité immobilière de votre secteur et de l’immobilier en général sont tous des facteurs qui vous aideront à vendre dans un marché d’acheteurs.

Comment acheter dans un marché de vendeurs?  Dans ce cas-ci, les acheteurs en recherche de propriétés sont nettement plus nombreux que le nombre de propriétés disponibles. Dans un tel marché, la rapidité est le mot d’ordre. Assurez-vous d’être préautorisé auprès d’une institution financière et ayez les nerfs solides. Vous devez réaliser que pour un vendeur, une offre d’achat avec une préautorisation hypothécaire est une offre ayant plus de poids et il sera plus enclin à pencher pour les acheteurs ayant la preuve de leur financement. Dans un tel marché, il n’est pas rare qu’une propriété se vende au cours d’un week-end…Il faut se décider vite !

Finalement, afin de vous assurer de toujours proposer le bon prix de vente, renseignez-vous régulièrement afin de connaître les nouvelles inscriptions dans votre secteur et leur prix de vente.

Référence : RE/MAX Québec

http://www.remax-quebec.com/fr/blog/marche-immobilier.rmx

RE/MAX Québec
RE/MAX Québec
1242 1 34